#1 29-05-2018 10:23:48

Jean-Luc
Administrateur
Lieu: La Chapelle des Pots France
Date d'inscription: 29-08-2007
Messages: 4258
Site web

La nuit, composition pour soprane et piano

Voici une composition qui date de 2002, d'après un poème de notre amie Paola Pigani, La nuit.


> La partition
> L'audio en MP3

Vous excuserez la qualité du fichier audio qui n'est pas de grande qualité mais comme vous étudiez tous l'écriture ou la composition, je sais très bien que c'est la partition qui vous importe le plus smile Je vous laisse découvrir cette composition smile


Pour joindre une image à votre message, envoyez la par mail à images[at]polyphonies.eu au format jpg ou png.

Hors ligne

 

#2 29-05-2018 11:56:57

Didier
Modérateur
Lieu: Goven
Date d'inscription: 19-11-2013
Messages: 1470
Site web

Re: La nuit, composition pour soprane et piano

Bonjour Jean-Luc,

C'est très beau, j'aime beaucoup ! Merci pour ce partage smile

J'ai une question sur la tonalité de la pièce, la finale est un do avec un accord sol bémol, do mi bémol.
La pièce commence également avec un do, mais un accord sol bémol (si bémol) do ré bémol.
Il me semble donc qu'il s'agisse d'une pièce tonale utilisant un mode (ou des modes) particuliers autour de la tonique do.

Je ne pense pas toutefois qu'on puisse analyser l'accord final comme deuxième renversement d'un simple accord diminué do-mib-solb, quoique ... avec un mode +m (le mode locrien du jazz)

Pouvez-vous en dire d'avantage sur la tonalité et les modes ?

Dernière modification par Didier (29-05-2018 16:16:04)


Didier
Cycle court PRO - Terminé
Niveau III - C51 - Choral varié BWV 766

Chant populaire et chant classique? C'est simple: tout ce qui est beau pour l'un est moche pour l'autre! Mais c'est ça qui est intéressant .... ( Marthe Vassallo )

Hors ligne

 

#3 29-05-2018 21:52:13

Jean-Luc
Administrateur
Lieu: La Chapelle des Pots France
Date d'inscription: 29-08-2007
Messages: 4258
Site web

Re: La nuit, composition pour soprane et piano

Merci pour vos commentaires positifs!

Un petit mot sur le langage mais j'ouvrirai une discussion à part sur ce sujet: Toutes mes compositions (ou presque toutes) sont atonales. Pas  de tonalité et pas de mode, donc. Avec ça, vous voilà bien avancés smile

Pour mes premières compositions, j'ai mis au point un langage contrapuntique basé sur les intervalles et un contrôle très strict de ceux-ci. Et en même temps, une recherche mélodique basé sur les schèmes. . Ceux-ci ont servi aussi de point de départ à une recherche sur la polyrythmie, peut être pas trop dans cette pièce mais surtout dans les premières compositions.  La nuit est une composition intermédiaire d'un point de vue de mon langage (de plus en plus orienté vers les consonances) .


Pour joindre une image à votre message, envoyez la par mail à images[at]polyphonies.eu au format jpg ou png.

Hors ligne

 

#4 30-05-2018 13:54:43

Didier
Modérateur
Lieu: Goven
Date d'inscription: 19-11-2013
Messages: 1470
Site web

Re: La nuit, composition pour soprane et piano

J'ai fait aussi la même constatation, 5 bémols à la clef aurait tout aussi bien convenu, donc une tonalité de ré bémol avec une finale en do, ce qui me faisait penser au mode +m (locrien).

C'est atonal nous dit Jean-Luc, je veux bien, ce n'est pas dodécaphonique et encore moins sériel du fait de l'utilisation que de notes diatoniques.
Donc une écriture diatonique atonale, est-ce possible ? J'attends avec impatience le sujet de discussion dédié. smile


Didier
Cycle court PRO - Terminé
Niveau III - C51 - Choral varié BWV 766

Chant populaire et chant classique? C'est simple: tout ce qui est beau pour l'un est moche pour l'autre! Mais c'est ça qui est intéressant .... ( Marthe Vassallo )

Hors ligne

 

#5 30-05-2018 15:00:46

galgo
Modérateur
Date d'inscription: 14-02-2014
Messages: 716

Re: La nuit, composition pour soprane et piano

je pense qu'il faut nuancer la notion de   a tonalité. Le dodécaphonisme est atonal,par contre tout ce qui est atonal n'est pas systématiquement dodécaphonique et encore moins sériel


Une manière d'échapper aux contraintes de la tonalité avec les notes piliers, c'est une forme d'atonalité ,mais ce n'est pas péjoratif car si ma mémoire est bonne,Beethoven dans sa 9 è symphonie commence par des notes la mi sans accord majeur ou mineur,il nous laisse dans le flou pendant plusieurs mesures....c'est sa dernière symphonie qui ose déjà se sortir un peu d'un certain carcan.... ( je me trompe peut être...) mais je dirai que oui l'écriture diatonique atonale est possible puisque la gamme est divisée en demi tons égaux.....
Debussy a écrit la gamme par ton....une autre forme d'atonalité?

Dernière modification par galgo (30-05-2018 15:32:46)


C 56  Beethoven

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Forum de Polyphonies,
école à distance d'écriture musicale et de composition.

Propulsé par PunBB